ASSOCIATION HAGIA KYRIAKI, NAXOS, GRECE
RESTAURATION DE L'EGLISE ET DE SON DECOR PEINT
Bienvenue
De quoi s'agit-il?
Qui sommes-nous?
Résumé du projet
Recherche de fonds
Inauguration de la 1ère étape
Devenir membre
Liens
Colloque sur l'aniconisme
Inauguration de la 1ère étape

 FIN DE LA PREMIÈRE ÉTAPE DES TRAVAUX DE RESTAURATION DE L'ÉGLISE DE HAGIA KYRIAKI, A NAXOS

 

Θυρανοίξια, voici un mot qui restera gravé dans la mémoire de toutes les personnes qui ont pu assister à la cérémonie de présentation des travaux réalisés à l'église de Hagia Kyriaki, à Naxos.

Θυρανοίξiα (prononcer thyranίxia) signifie ouverture de porte. Et c'était vraiment le mot qui convenait parfaitement aux circonstances car il ne pouvait être question ni d'inauguration (l'église date de plusieurs siècles!), ni de consécration, l'église n'ayant jamais perdu son caractère liturgique.

Cette cérémonie d'ouverture de la porte a eu lieu le samedi 8 octobre 2016, après vingt-trois années d'efforts, de patience et de persévérance. C’est en effet en 1993 qu’a eu lieu la  première mission à Naxos: après avoir vu l’état d’abandon de nombreuses chapelles dans les campagnes grecques, des membres de nos deux associations avaient cherché à identifier un monument dont la restauration pourrait être entreprise.

Vingt-trois années d'efforts donc, mais quelle belle récompense de voir affluer tant de personnes pour participer à cet événement! L'église était pavoisée, des drapeaux étaient suspendus depuis l'entrée du bâtiment devant laquelle les popes avaient dressé l'autel pour la rituelle bénédiction et l'ouverture de la porte.

 Il était vraiment émouvant de voir tous ces villageois qui avaient fait le chemin pour vivre ce moment. La plupart venait d'Apiranthos, d'autres des villages alentours, mais tous s'étaient donné beaucoup de peine pour gravir le chemin cahoteux et pour honorer leur église. Certains étaient venus avec des gâteaux ou des friandises, d'autres avec des bouquets de fleurs ou, tout simplement, de basilic.

Il y avait aussi les officiels: l'évêque (de Paros et Naxos), le maire de l'île et le président d'Apiranthos qui avait beaucoup fait pour faciliter le travail des restaurateurs et qui nous avait préparé une belle fête, au village. Avant de retourner à Apiranthos, l'éphore, M. Athanassoulis, a fait défiler les gens à l'intérieur de l'église pour que tous puissent admirer les fameuses peintures aniconiques que les restaurateurs avaient consolidées et débarrassées du voile calcaire qui les recouvrait.

Il se faisait un peu tard et tout le monde commençait à avoir un peu faim… le généreux repas qui nous attendait au village n’en fut que plus apprécié. Évidemment une place de choix était réservée aux autorités, aux représentants des donateurs, aux représentants de notre partenaire grec Elliniki Etairia, aux architectes et aux quelques membres du comité de l'association Hagia Kyriaki qui avaient pu faire le déplacement. Évidement il y a eu des discours, plus ou moins longs et plus ou moins captivants.  

Puis la musique s'est mise en route et plusieurs d'entre nous avons été entraînés à des danses traditionnelles dont nous avons improvisé les pas! Mais là n'était pas l'essentiel. Ce qui comptait surtout c'était l'importante participation du public qui a véritablement pris conscience de la valeur historique et artistique de cette église et de la grande chance que nous avons qu'elle ait été conservée dans un si bel état. On aurait eu envie de continuer jusque tard dans la nuit mais il fallait rentrer à Hora, et le chemin n'est pas de tout repos.

Telle fut cette belle journée, belle car le temps avait été particulièrement clément et belle, surtout, par la satisfaction d'avoir réussi à sauver ce magnifique témoignage de la recherche d’une juste expression artistique dans la dévotion médiévale. La valeur historique et artistique de cette église est en effet considérable, car Hagia Kyriaki est un rare cas d'église byzantine ayant conservé intact son décor aniconique, précieux témoignage des luttes qui ont bouleversé l'Empire byzantin pendant les 8e et 9e siècles, lorsque la vénération des images du Christ, de la Vierge et des saints a fait l'objet de débats et de deux périodes d'interdiction. Le décor aniconique de la nef principale présente un intérêt particulier. Il se compose de motifs géométriques et floraux et d'imitations de revêtements de marbre. Il comprend également des croix, motif préféré de l'époque iconoclaste, ainsi qu'un remarquable ensemble d'oiseaux, décor symbolique dont les rares parallèles renvoient à l'iconographie paléochrétienne. Le décor aux oiseaux a également été mis en relation avec le témoignage de la chronique byzantine des continuateurs de Théophane (III, 10, p. 99B) sur l'iconoclasme sous le règne de Théophile (829-843) : "...les saints motifs furent enlevés de toutes les églises et on installa et dessina à leur place des fauves et des oiseaux".

Après tant d'années d'efforts, il convient de rendre hommage à toutes les personnes et institutions qui ont soutenu ce projet, en commençant par les membres des deux associations Jean-Gabriel Eynard, de Genève et Amitiés gréco-suisses, de Lausanne, qui ont initié le projet et fourni le premier financement, avec quelques donateurs cités également ci-dessous. Riche en monuments à conserver, Naxos était aussi une île où nous pouvions bénéficier de contacts personnels. Grâce à la confiance de l’éphore (responsable des antiquités byzantines des Cyclades) d’alors, Mme F. Drossoyani, il fut possible à un petit groupe, qui comptait deux restaurateurs suisses, Th. Hermanès et G. Grimbühler, de visiter Hagia Kyriaki, et de se voir confier l’élaboration d’un projet de restauration, qui sera élaboré en 1996 par E. Favre-Bulle et l’architecte Y. Kizis d’Athènes, et qui aboutira aux études nécessaires à l’obtention d’un permis d’intervention. A la commission des deux Associations, présidée par Me J.-M Delessert, succédera ensuite, pour chercher le financement et passer à la phase de la réalisation, une association ad hoc, "Hagia Kyriaki, Naxos".

Dès l'instant, en 2005, où s'est créée l'association Hagia Kyriaki avec comme unique objectif la restauration de l'église et la sauvegarde de ses précieuses peintures, plusieurs personnes et associations ont apporté leur contribution. Il serait évidemment impossible de toutes les remercier mais il convient de mentionner et de remercier nommément les principaux donateurs, M. A. Assimacopoulos, Association des Amitiés gréco-suisses, Association des Amis de l'Athos, Fondation Costopoulos, Mme M. Embirikos, M. J. Georgakopoulos, Mme I. Gratsia, Mme Th. Hadjiyanni, Mme A. Kolokotroni, Fondation A. G. Leventis, Mme et M. A. Martinos, Patrimoine Suisse, section vaudoise, M. T. Priovolos, M. C. de Saussure, Tekhné S.A. bureau d'architectes, Mme M. Vallotton, Verein Dialogos, Mme F. Vodoz et M. C. Zafiropoulo. 

Nos remerciements vont également à l'association grecque de protection du patrimoine et de l'héritage culturel Elliniki Etairia avec laquelle nous avons collaboré de manière très harmonieuse dès 2010 et qui a contribué de manière significative à la recherche de fonds.

Enfin il serait injuste de passer sous silence les membres du comité de l'association Hagia Kyriaki, Naxos, qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour faire aboutir le projet: Aristéa Baud-Bovy, notre ancienne présidente, Christiane Bron, Matteo Campagnolo, Eric Favre-Bulle, Raymonde Giovanna, Marielle Martiniani-Reber, André-Louis Rey, François Payot et le soussigné.

 Afin de pouvoir financer les travaux restants (fouille archéologique complémentaire, dallage intérieur, fenêtres, réouverture de la porte sud, drainage périphérique et mise en ordre des alentours) nous faisons appel, une fois de plus, à votre générosité. Vous pouvez nous envoyer vos dons au CCP 17-175564-8 ou nous soutenir en devenant membres de notre Association Hagia Kyriaki, Naxos; p/a Me François Payot; 4, rue Saint-Ours; 1205 Genève. 

 

 Alexandre Antipas

Président de l'association Hagia Kyriaki, Naxos.

 
 


Bienvenue
De quoi s'agit-il?
Qui sommes-nous?
Résumé du projet
Recherche de fonds
Inauguration de la 1ère étape
Devenir membre
Liens
Colloque sur l'aniconisme